Pages

lundi 7 avril 2014

L'épreuve: le labyrinthe

Auteur: James Dashner
Tome: 1
Edition: Pocket Jeunesse
Parution: 2012
Traduction: Guillaume Fournier
Pages: 405
Ma note:18/20

Résumé

 Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d'enfants. Il s'agit d'une ferme située au centre d'un labyrinthe peuplé de monstres d'acier terrifiants. Les ados n'ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu'ils font là. Ils n'ont qu'un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les coureurs, parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu'il veut être coureur et résoudre l'énigme du labyrinthe.

Mon avis

Comme vous le savez peut-être, j'ai un cran de retard. C'est-à-dire que je lis les Best-seller deux ans après leur parution. Mais ce n'est pas pour autant que je n'ai pas "dévoré" (comme je le dis souvent) ce tome 1 de la saga "L'épreuve". C'est vrai que au début, on est un peu perdu, on ne sait pas où est "Thomas" (le héros), et quand il arrive dans ce qu'ils appellent le bloc- quatre mur avec sur chaque côtés un porte qui s'ouvre la journée et qui se ferme le soir, donnant sur un labyrinthe de plusieurs dizaines de kilomètres - on ressent une certaine frustration, car l'auteur à décidé que les blocards- habitants du bloc- ne dévoileraient pas tout immédiatement sur l'endroit où ils vivent ce qui est fort dérangeant. Il y a énormément de de personnage, ce qui fait qu'on se perd encore plus. Malheureusement, il y a énormément de points négatifs comme de points positifs et de pages. Je trouvais aussi que le milieu du livre était un peu répétitif, c'est-à-dire que les coureurs vont dans le labyrinthe le matin et en sortent le soir. Par contre, les quelques points positifs étaient très importants. L'auteur a réussi à la perfection à nous faire ressentir la peur et l'oppression ressenties par les blocards.
Ce n'est qu'à partir des cent dernières pages que j'ai vraiment compris que c'était un coup-de-cœur. A la fin, l'intrigue est réellement présente et on sent notre pouls s'accélérer, notre souffle se couper et l'histoire se compliquer. Tout devient beaucoup plus intéressant à la fin, parce que on comprend petit à petit la raison de leur présence dans le bloc, mais je vous avouerais qu'on ne comprend toujours pas très bien tout ça, mais je pense que c'est voulu pour nous inciter à lire le tome 2. Pari réussi, parce que je ne vais pas hésiter une seule seconde à l'acheter. Après avoir beaucoup réfléchi et peser le pour et le contre, j'ai décidé de lui attribué le coup-de-cœur.